• Mon fric

    texte David Lescot
    mise en scène Cécile Backès

    Quand l’argent obsède nos jours et nos nuits !

    Coproduction
    Théâtre
    Dès 12 ans | En famille
    Grande salle numérotée | 1h25

    Voici l’histoire de Moi, une vie racontée à travers sa relation à l’argent. Ça commence lorsque Moi est enfant en 1972, avec l’URSS et déjà le rock. Jusqu’à sa vieillesse en 2040, on voit défiler le chanteur Renaud, l’Inde, un vendeur de chez Darty, Georges Bataille, les spectres du marxisme, l’avènement du libéralisme, l’espoir des économies alternatives… Autour de Moi sont réunis tous les personnages d’une vie, passant subrepticement leur tête pour lâcher une ou deux répliques sur le fric.

    David Lescot déplie ici les feuilles d’un théâtre choral, drôle et trépidant. Dans l’esprit d’une BD, il croque les détails, les mots, les gestes qui montrent combien l’argent en dit long sur nous, sur notre vie. L’argent qui file, le temps qui passe, et Moi, et Moi et Moi…

    Partager

    Distribution

    avec Pauline Jambet, Pierre-Louis Jozan, Maxime Le Gall, Simon Pineau, Noémie Rosenblatt
    dramaturgie Guillaume Clayssen
    assistanat à la mise en scène Margaux Eskenazi
    scénographie Raymond Sarti
    chorégraphie Marie-Laure Caradec
    lumière Pierre Peyronnet
    son Stephan Faerber
    conseil son Juliette Galamez
    costumes Camille Pénager
    réalisation accessoires Morgane Barbry
    maquillage Catherine Nicolas
    régie générale, régie plateau Marie-Agnès D’Anselme
    régie lumière Jean-Gabriel Valot
    régie son Julien Lamorille
    construction du décor atelier de la Comédie de Béthune : Jean-Michel Cerf, Jean-Claude Czarnecka, Eddy Garcie, Erwann Henri, Mélanie Sainz Fernandez

    production Comédie de Béthune - CDN Hauts-de-France / coproduction Théâtre de Sartrouville et des Yvelines–CDN /avec le soutien du Ballet du Nord, Centre chorégraphique national Roubaix-Nord Pas de Calais–Picardie
    © T. Faverjon

    texte publié aux éditions Actes Sud-Papiers

    La presse

    Ce que l'écriture de David Lescot a d'unique, c'est sa légèreté. Son élégance discrète. Sa tendresse. L'Obs Sortir

    La représentation offre un bonheur constamment léger à partir d'un argument profond. L'Humanité