Historique du CDN

Le Théâtre en quelques dates

2016 : 10e édition de la biennale de création théâtrale Odyssées en Yvelines avec 6 créations : Les Nouvelles Aventures de Peer Gynt, Le Cantique des oiseaux, Master, Trois songes (un procès de Socrate), Camille, Max et le Big Bang Club, Elle pas princesse Lui pas héros. Sylvain Maurice adapte Réparer les vivants de Maylis de Kerangal avec Vincent Dissez et Joachim Latarjet.

2015 : Jean-Pierre Baro crée Gertrud de Hjalmar Söderberg et Pierre-Yves Chapalain Outrages (L’Ornière du reflux). L’Ensemble artistique rencontre le public autour d’un Dîner-rencontre.

2014 : 9e édition de la biennale de création théâtrale Odyssées en Yvelines avec 6 créations : Le Rêve d’Anna, Moby Dick, Bouh !, Entre chou et loup (Concert détonnant), Joséphine (les enfants punis), My Brazza. Chantier théâtral sous forme de parcours-déambulatoire + Parade avec un public acteur-spectateur. Sylvain Maurice propose un Cycle Duras composé de Histoire d’Ernesto et La Pluie d’été.

2013 : nomination de Sylvain Maurice à la direction du CDN avec un « Ensemble artistique » : 3 metteurs en scène (Bérangère Vantusso, Jean-Pierre Baro, Olivier Coulon-Jablonka) et  1 musicien-compositeur (Alban Darche)

2012 : création de Bobby Fischer vit à Pasadena de Lars Norén, mis en scène par Philippe Baronnet. Reprise de Sainte dans l’incendie de Laurent Fréchuret.

2011 : création de L’Opéra de quat’sous de Bertolt Brecht et Kurt Weill, mis en scène par Laurent Fréchuret avec Samuel Jean à la direction musicale. 8e édition de la biennale de création théâtrale Odyssées en Yvelines, qui s’ouvre aux voix du monde et à tous les publics. Chantier théâtral n°4, sur le thème de Liberté Egalité Fraternité, confié à 3 metteurs en scène : Laurent Brethome, Kheireddine Lardjam et Anna Nozière.

2009-10 : Laurent Fréchuret crée Médée d’Euripide dans la traduction de Florence Dupont. Trois artistes permanents rejoignent l’équipe du CDN, afin de placer l’artiste au cœur de la vie du Théâtre et de la cité. Ils font connaissance avec le public grâce au spectacle Embrassons-nous, Folleville ! d’Eugène Labiche, mis en scène par Laurent Fréchuret. Lancement du Comité de lecture présidé par Dorothée Zumstein, auteur associée.

2008-09 : Le 3e Chantier théâtral Œdipe etc. regroupe 150 participants autour de la tragédie antique. Le Théâtre devient « Théâtre de Sartrouville et des Yvelines–CDN » pour une présence artistique renforcée dans le département. Projet de construction d’une petite salle de 250 places et d’une salle de répétition, en extension du grand théâtre. La collection Heyoka-Jeunesse/Actes Sud papiers a 10 ans : elle compte désormais 45 titres. Pour sa 7e édition, Odyssées 78 devient Odyssées en Yvelines afin de rendre plus lisible l’ancrage dans le département. Le travail de création s’oriente plus nettement vers les adolescents et la jeunesse.

2007-08 : création du Roi Lear de William Shakespeare, mise en scène Laurent Fréchuret | 6 créations repartent en tournée d’octobre 2007 à mai 2008 : L’Assassin sans scrupules…, Etre le loup, Les Malices de Plick et Plock, Les Sifflets de Monsieur Babouch, Jamais avant, Petit Pierre

2006-07 : création de Jamais avant de François Cervantes, mise en scène Laurent Fréchuret dans le cadre d’Odyssées en Yvelines | 3 créations repartent en tournée d’octobre 2006 à avril 2007 : La Petite Chronique d’Anna Magdalena Bach, Confidences sur l’amour et les galaxies, Snarks | 3 Impromptus, lieu possible de surprises de dernière minute avec un acteur et un texte | 2 rendez-vous des Amis avec Louis Arti et Philippe Vincent.

2004-06 : 6 créations ont vu le jour à Sartrouville, et sont parties en tournée. Elles témoignent de notre désir de faire partager la force et l’urgence d’écritures singulières : Calderón de Pier Paolo Pasolini, Alices et Snarks d’après Lewis Carroll, Escadron Shakespeare/Chantier théâtral avec la population, Confidences sur l’amour et les galaxies d’après Dario Fo, Franca Rame, Alan Bennett, Serge Valetti, La Petite Chronique d’Anna Magdalena Bach d’après Esther Meynell et Cabaret de curiosités d’après Artaud, Bernhard, Burroughs, Ferré, Michaux, Perec… Au total 168 représentations et 47000 spectateurs.

2004 : nomination de Laurent Fréchuret aux côtés de Claude Sévenier | l’aventure continue, s’ouvre sur de nouvelles ambitions artistiques, s’interroge sur les questions de notre temps et le rôle des CDN dans le paysage d’aujourd’hui. La première saison de Laurent Fréchuret verra la création de Calderón de Pier Paolo Pasolini, Alices d’après l’œuvre de Lewis Carroll et dans le cadre d’Odyssées en Yvelines Snarks d’après La chasse au Snark de Lewis Carroll.

2001 : la scène nationale de Sartrouville et le centre dramatique pour l’enfance et la jeunesse Heyoka fusionnent et, sur proposition de l’Etat en concertation avec les collectivités territoriales, le Théâtre de Sartrouville accède au statut de centre dramatique national, co-dirigé par Claude Sévenier et Joël Jouanneau.

1999 : Heyoka a dix ans – désormais les créations pour l’enfance se réalisent dans le cadre d’Odyssées 78 et la liste des metteurs en scène qui tente l’aventure s’enrichit des projets de Bruno Bayen, François Kergourlay, Wladislaw Znorko, Cécile Garcia-Fogel, Laurent Gutman, Irina Brook, Thierry Collet, Jean-René Lemoine, Jean-Yves Ruf, Jacques Rebotier, Dan Jemmett, Lisa Wurmser, Sylvain Maurice, Christian Gangneron.
Une politique des écritures se met en place avec la même ambition : celle de convaincre des auteurs pour que naisse un véritable répertoire de théâtre pour la jeunesse. Dans cet objectif : création de la collection Heyoka-Jeunesse en co-édition avec Actes Sud-Papiers. Trois titres à paraître par an. Jean-Claude Grumberg, Normand Chaurette, Joël Jouanneau sont les trois premiers, suivis de Jean-Claude Carrière, Mike Kenny, Guillaume Le Touze, Wajdi Mouawad, Anne Sylvestre, Jacques Rebotier, Gilles Abier, Jean-Pierre Milovanoff, Mohamed Rouabhi, Joseph Danan, Serge Kribus, Gérard Wacjman, Mike Kenny…

1997 : création d’Odyssées 78, biennale de création théâtrale pour la jeunesse, un événement départemental imaginé par Heyoka avec le soutien du Conseil général des Yvelines. C’est le seul festival en France de créations originales, pour la première édition : 6 créations ont vu le jour, dans 55 villes, pour plus de 30 000 spectateurs, les premiers metteurs en scène de cette nouvelle aventure : Philippe Adrien, Gliberte Tsaï, Joël Jouanneau, Claire Lasne, Olivier Maurin.

1990 : dans le paysage culturel français, le Théâtre de Sartrouville a cette singularité de réunir en un même lieu :
– Une scène nationale ;
– Un collectif d’Artistes associés ;
– Un centre dramatique national pour l’enfance et la jeunesse, Heyoka.

1989 : création de Heyoka. Claude Sévenier prend la direction de centre dramatique pour l’enfance et la jeunesse. C’est la première fois que l’Etat nomme un directeur non-créateur. Ouvrir la création jeune public à de nouveaux artistes, rendre toute sa place à cette discipline trop marginalisée, tels sont les objectifs d’Heyoka. Des metteurs en scène de la jeune génération, des metteurs en scène plus confirmés feront le pari de la création pour les enfants par ce détour enchanté dans leur itinéraire : Stanislas Nordey, Olivier Py, Nicolas Lormeau, Arlette Bonnard, Marcel Bozonnet furent parmi les premiers.
Le Théâtre de Sartrouville reçoit le Grand Prix national de l’entreprise culturelle pour – souligne Jack Lang, Ministre de la Culture – la qualité de sa gestion et son sens de l’innovation en matière artistique et son travail en direction des publics.

1989 : à la question obstinée de la création et du public, de la place des artistes au cœur des théâtres, de la place des théâtres dans la cité, le Théâtre de Sartrouville décide d’apporter une nouvelle réponse : des Artistes s’installent, non pas des artistes en résidence mais des Artistes associés. Ce Théâtre devient le leur. Il s’agit d’Angélique Ionatos – compositeur et interprète – et Joël Jouanneau – auteur et metteur en scène.

1986 : inauguration du nouveau théâtre. L’Espace Gérard-Philipe devient essentiellement le lieu d’accueil de la programmation jeune public. Le nouveau théâtre (une salle de 850 places et une salle de répétition) est l’outil nécessaire à l’accueil de spectacles de haut niveau, et d’un public de plus en plus large.

1972 : Jean-Pierre Vincent présente La Noce chez les petits bourgeois, Le Marquis de Montefosco, La Cagnotte.

1970 : dans le panorama nouveau en train de se mettre en place, Sartrouville devient l’un des premiers centres d’action culturelle.

1969 : Catherine Dasté fonde la compagnie La Pomme verte qui s’installe à Sartrouville entamant une véritable politique de création théâtrale pour la jeunesse qui se poursuivra jusqu’en 1988 relayée à la direction par Françoise Pillet. Puis en 1989 par la naissance d’Heyoka, centre dramatique pour l’enfance et la jeunesse.

1968-69 : première invitation de Catherine Dasté avec le Théâtre du Soleil et deux spectacles pour enfants, L’Arbre sorcier, Jérôme et la Tortue.
Patrice Chéreau crée L’Affaire de la rue de Lourcine , L’Héritier de village, Les Soldats, La Neige au milieu de l’été, Le Voleur de femmes, Le Prix de la révolte au marché noir, Dom Juan. On y voit Jean-Pierre Vincent et Patrice Chéreau acteurs.

1966 : Claude Sévenier prend la direction du Théâtre de Sartrouville et, découvrant le travail de l’équipe Chéreau/Vincent, il les invite à le rejoindre à Sartrouville.