• Portrait de Raoul

    Qu’est-ce qu’on entend derrière une porte entrouverte?
    texte Philippe Minyana
    mise en scène Marcial Di Fonzo Bo

    Costumier, actrice, comédien : Raoul Fernandez embrase la scène et nous conte sa vie extraordinaire.

    Engagé comme costumier à la Comédie-Française, il finit par donner la réplique à Catherine Hiegel sur scène. Et c’est Copi, en lui offrant un jour une perruque blonde, qui va révéler l’actrice qui sommeille en lui… La vie de Raoul Fernandez est ainsi remplie d’histoires étonnantes, dignes d’un roman. Comment ce jeune homme passionné de couture, fraîchement débarqué du Salvador, va devenir comédien et travailler sous la direction des plus grands ? De fil en aiguille, il nous raconte son passage de l’ombre à la lumière.

    Les mots de Philippe Minyana et la mise en scène de Marcial Di Fonzo Bo enveloppent avec délicatesse les extravagances de Raoul. Entrant sous les projecteurs les bras chargés de tissus, l’acteur les dépose et les déroule au sol au fil de ses confidences, nimbant le plateau de sa présence flamboyante.

     

    Distribution

     

    avec Raoul Fernandez

    production Comédie de Caen, CDN de Normandie
    photos © Jean-Louis Fernandez

    ....

     

    La presse

     

    Le spectacle est délicieux, charmeur, plein d’esprit, très émouvant […] C’est simple, beau, toujours tendre… costumes, masque, tout vient en appui d’une fantaisie non dénuée de gravité, d’une légèreté qui va jusqu’à la lévitation ! C’est déchirant et cocasse… Le Figaro

    Absolument épatant. Ouest-France

    Déployant l’âme couturière de Raoul merveilleusement mise en valeur par l’acteur Raoul Fernandez, Marcial Di Fonzo Bo met en scène Raoul et Fernandez avec une vive complicité. Une heure chrono de bonheur. Mediapart

    Un être d’artiste est là, qui s’offre à cœur ouvert avec simplicité, par pudeur manifeste, nous épargnant, avec une élégance suave, le tragique revers du métier de vivre avant de mimer un envol salvateur… L’Humanité

    Un triomphe et une grande émotion. France 3

    Le regard de Raoul toujours au bord de la fêlure vous happe. L’exercice du solo multiple est ici merveilleusement porté par ce comédien que l’on sait dément, mais qui là se prête à un jeu très difficile. Toute la Culture

     

    ....