• Gravité

    chorégraphie Angelin Preljocaj

    Le grand chorégraphe explore l’essence du mouvement et gomme les frontières entre classique et contemporain.

    Avec Gravité, Angelin Preljocaj défie la pesanteur. Sur un plateau épuré habillé seulement de lumière, treize danseurs explorent avec virtuosité les notions de poids, masse, espace et vitesse. Concept à la fois abstrait et indubitablement concret pour les corps en mouvement, la gravitation ouvre au chorégraphe de nouveaux espaces d’écriture. De Bach à Daft Punk en passant par Philip Glass, les tableaux se succèdent, faisant alterner unissons puissants et pas de deux revisités.

    Dans sa nouvelle création, Preljocaj détourne en effet le vocabulaire classique, composant une pièce fascinante en forme de kaléidoscope vivant. Clou du spectacle, le tableau final offre une vision nouvelle et inattendue d’une des compositions les plus visitées de l’histoire de la danse : le Boléro de Ravel.

     

    Distribution

     

    avec Virginie Caussin, Baptiste Coissieu, Leonardo Cremaschi, Marius Delcourt, Mirea Delogu, Léa De Natale, Antoine Dubois, Véronique Giasson, Florette Jager, Laurent Le Gall, Théa Martin, Victor Martinez Cáliz, Nuriya Nagimova

    musique Johann Sebastian Bach, Maurice Ravel, Iannis Xenakis, Dimitri Chostakovitch, Daft Punk, Philip Glass, 79D
    costumes Igor Chapurin
    lumière Éric Soyer
    assistant, adjoint à la direction artistique Youri Aharon Van Den Bosch
    assistanat répétition Cécile Médour
    choréologue Dany Lévêque

    production Ballet Preljocaj / coproduction Chaillot, Théâtre national – Paris, les Théâtres de la Ville de Luxembourg, Biennale de la danse – Lyon, Grand Théâtre de Provence, La Scène nationale d’Albi, Theater Freiburg
    photos © Jean-Claude Carbonne

     

    ....

     

    La presse

     

    Avec cette pièce, le chorégraphe trouve une nouvelle grâce. Une cérémonie douce, rassembleuse et contemplative. Le Monde

    La performance des corps côtoie la poésie des mouvements, fluides ou déstructurés, le temps d’une odyssée aussi sensorielle que sensuelle. Le Journal du dimanche

    Preljocaj retrouve le mouvement à l’état pur. Les Échos

    ....