• Où les cœurs s’éprennent

    d’après les scénarios des Nuits de la pleine lune et du Rayon vert d'Éric Rohmer
    mise en scène Thomas Quillardet

    Deux œuvres de Rohmer portées au théâtre, pour une comédie sentimentale aux dialogues ciselés !

    Louise n’a qu’un désir : regagner chaque week-end son studio parisien pour profiter du monde sans la présence de son compagnon qui l’attend en banlieue dans leur appartement. Quant à Delphine, qui aimerait passer de belles vacances et, si possible, trouver un amoureux, elle erre chez les uns et les autres, traînant une solitude plus lourde que sa valise. Ce portrait féminin en deux temps a le charme du cinéma d’Éric Rohmer.

    Thomas Quillardet a adapté pour le théâtre les scénarios des Nuits de la pleine lune et du Rayon vert. Sur une scène toute blanche, avec peu d’accessoires, les comédiens donnent corps aux sentiments, des plus légers aux plus intenses. On entend battre leurs cœurs.

    Théâtre
    Grande salle numérotée | 2h
    Partager

    Distribution

    avec Clémentine Baert, Benoit Carré, Florent Cheippe, Guillaume Laloux, Malvina Plégat, Anne-Laure Tondu, Jean-Baptiste Tur

    adaptation collective pour Les Nuits de la pleine lune
    adaptation Marie Rémond et Thomas Quillardet pour Le Rayon vert
    lumière Nadja Naira
    scénographie James Brandily assisté de Long Ha et Fanny Benguigui
    constructeur Pierre-Guilhem Coste
    costumes Frédéric Gigout
    régie générale Camille Jamin
    régie lumière Nieves Salzmann
    régie son Sébastien Mas
    administration BureauProduire : Claire Guièze, Cédric Andrieux

    production 8 avril / coproduction Le Théâtre de Saint-Nazaire – scène nationale / avec le soutien du ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Île-de-France, de l’Adami, d’Arcadi Île-de-France, du Petit Bureau, du Fonds d’Insertion professionnelle de l’Académie – ESPTL, DRAC et Région ALPC, du Théâtre de Choisy-le-Roi – Scène conventionnée pour la diversité linguistique pour son accueil en résidence / remerciements Théâtre Firmin Gémier – La Piscine à Antony, La Colline – Théâtre national, L’Odéon – Théâtre de l’Europe, Théâtre Ouvert / ce projet est né grâce à une résidence à l’Atelier du Plateau dans le XIXe arrondissement de Paris
    © Pierre Grosbois

    La presse

    « Sous l’apparente légèreté des deux contes initiatiques mis bout à bout, Thomas Quillardet dit le poids de l’humaine condition. La nécessité de réenchanter le réel, quel qu’il soit. » Time Out

    « Marivaux est un auteur remarquable. Aux jeux de l’amour et du hasard, Thomas Quillardet rappelle que Rohmer n’est pas mauvais non plus. » Le Figaro

    « On sourit souvent, à cause du côté bougon-bougonnant de Delphine (impeccable Marie Rémond), de l’air de ne pas y toucher de Louise (Anne-Laure Tondu), et du petit monde qui les entoure, aussi drolatique aujourd’hui qu’il l’était il y a trente ans. » Le Monde

    « Ce spectacle d'une finesse extrême, qui fait théâtre de peu, préfère le moderato au forte. Tout se joue dans les nuances et la délicatesse. C'est parfait ! » Télérama

    «  La troupe accomplit une alchimie subtile qui fait passer du rire aux larmes, des grands élans cosmiques à la banalité du quotidien, de l’enfermement solitaire à la dynamique collective. » Rue du Théâtre

    « La comédie sentimentale et sa conversation douce-amère sont jouées par des acteurs limpides dont les dialogues croisés sont vécus intimement, au souffle près. » Hotello