Qu’est-ce qu’un Centre dramatique national ?

Peut-être que vous l'avez su un jour mais que votre souvenir est trop vague. Voici donc ce qu'il est intéressant de savoir sur l'acronyme C.D.N.

C’est au lendemain de la seconde guerre mondiale que s’impose l’idée selon laquelle le théâtre est un service public qui doit pouvoir atteindre tous les foyers, « comme l’eau, le gaz et l’électricité ». En 1947, avec la fondation des Centres dramatiques nationaux de Colmar et de Saint-Étienne, débute l’aventure de la décentralisation théâtrale, animée par l’idée que les régions peuvent aussi inventer le théâtre, le créer et le faire partager.

Le rôle du CDN est de produire des créations originales et de les rendre accessibles à tous les publics sur un territoire. Ainsi, le Centre dramatique incarne ce que l’on nomme « la décentralisation », c’est à dire qu’il fait exister la création et la culture en dehors de la capitale. C’est d’ailleurs pour cela que les CDN sont dirigés par des artistes, afin qu’une ligne artistique forte et singulière soit donnée au projet du Théâtre. Dans le cadre de ses missions, l’artiste nommé(e) directeur(trice) s’engage d’abord à produire ses spectacles mais aussi à partager l’outil et les moyens de la structure avec d’autres artistes.

La directrice ou le directeur est nommé directement par la ou le ministre de la Culture en concertation avec les autres collectivités qui financent son fonctionnement. Aujourd’hui, il existe 38 centres dramatiques nationaux et régionaux en France. Ils se réunissent au sein d’une association nommée ACDN qui a été créée pour susciter du dialogue entre les différents artistes-directeurs et pour dynamiser l’action des centres dramatiques.