• Bartleby

    d’après la nouvelle d’ Herman Melville
    création collective dirigée par Katja Hunsinger, Rodolphe Dana

    Une nouvelle culte de l’auteur de Moby Dick, portée à la scène dans un duo fusionnel.

    Bartleby est le personnage le plus énigmatique de la littérature. Employé consciencieux d’un bureau de juristes new-yorkais, il se met subitement à répondre « Je préfèrerai pas » à toute demande. Son patron aura beau essayer de comprendre pourquoi, il se heurtera désormais à cette formule laconique.

    Cet homme qui s’efface du monde est le héros d’une nouvelle d’Herman Melville qui, en 1853, défie les lois de la logique et la psychologie des romans traditionnels. Un ovni précurseur de Beckett et de Kafka. Bartleby est-il une figure de résistance passive face à une bureaucratie déshumanisante ? En appelle-t-il à la désobéissance civile ? Nous susurre-t-il que la vie est une mascarade ? Rodolphe Dana et Katja Hunsinger portent à la scène le mystère abyssal de cet employé sorti du rang et la touchante humanité de ce patron s’évertuant à le ramener dans la norme et le camp des vivants. En duo avec Adrien Guiraud, qui incarne avec finesse la douceur inquiétante du héros, Rodolphe Dana met au jour la dimension émotionnelle de ce texte comique, absurde et pénétrant.

    Théâtre
    Petite salle numérotée | 1h15
    Partager
     

    Distribution

     

    avec Rodolphe Dana et Adrien Guiraud

    traduction Jean-Yves Lacroix
    adaptation Rodolphe Dana
    scénographie Rodolphe Dana avec la collaboration artistique de Karine Litchman
    lumière Valérie Sigward
    son Jefferson Lembeye
    costumes Charlotte Gillard

    production Théâtre de Lorient – CDN / coproduction Scène nationale d’Albi, Théâtre du Champ au Roy – Scène de territoire-Guingamp (en cours)
    Bartleby est publié aux Éditions Allia
    © Agathe Poupeney

    ....

     

    La presse

     

    La complicité entre les deux acteurs saute aux yeux, le bonheur d’être ensemble au plateau, de pouvoir jouer est évidente. L’œil D’Olivier

    […] La grande force de ce spectacle réside dans le face-à-face complice entre les deux acteurs. En roue libre – très cadré – Adrien Guiraud improvise, se met à nu, pousse Rodolphe Dana à adapter son jeu, ses répliques en permanence. Olivier Frégaville

    ....