• Penthésilée

    texte Heinrich von Kleist
    version scénique et mise en scène Sylvain Maurice

    Une histoire d’amour qui rivalise avec nos plus grands classiques.

    Penthésilée, jeune reine des Amazones nouvellement couronnée, est follement éprise d’Achille, jeune héros grec. Cet amour – qui est réciproque – est cependant conditionné par la nécessité de conquérir l’être aimé sur le champ de bataille. Achille accepte par conséquent de se faire passer pour prisonnier de Penthésilée, alors qu’en réalité elle est sa captive… Mais le subterfuge, loin d’apaiser les craintes de la Reine, va déchaîner sa fureur…

    Sylvain Maurice adapte le chef-d’œuvre de Kleist et offre un rôle magistral à Agnès Sourdillon. Il a imaginé une représentation qui joue librement avec les formes, passant du récit épique à la situation intimiste, du chant amoureux à la musique guerrière, dans la continuité de son travail pour Réparer les vivants. Dans une mise en scène épurée reliant théâtre et musique, l’interprète magnétique de Valère Novarina incarne cette héroïne puissante qui tente de se dégager d’un héritage trop lourd. Entourée de quatre chanteuses et deux musiciens, elle porte la passion à incandescence.

     

    Distribution

     

    avec Agnès Sourdillon
    et Janice in the Noise, Ophélie Joh, Julieta, Dayan Korolic, Karine Serafin, Paul Vignes

    traduction Éloi Recoing, Ruth Orthmann
    assistanat à la mise en scène Béatrice Vincent
    composition et direction musicale Dayan Korolic
    scénographie Antonin Bouvret
    costumes Virginie Gervaise
    lumière Gwendal Malard
    vidéo Loïs Drouglazet
    son Jean-François Domingues
    régie générale Rémi Rose

    production Théâtre de Sartrouville et des Yvelines – CDN
    photos © Tazzio Paris / © Élisabeth Carecchio

    ....

     

    Compléments / ressources

     

    TROIS QUESTIONS À SYLVAIN MAURICE

    Quels sont les choix qui vont guider votre version scénique de Penthésilée ?
    La version que nous proposons concentre l’action autour du personnage central en privilégiant les scènes principales. L’enjeu est de faire le portrait de Penthésilée et de la hisser à la hauteur d’héroïnes aussi importantes que Phèdre ou Médée. Agnès Sourdillon portera par conséquent la totalité du texte parlé, se saisissant de toutes les voix du récit, tour à tour narratrice et personnage(s).

    Quels sont les rôles octroyés à la musique et au chant dans votre projet ?
    La musique et le chant vont structurer la représentation. Pour créer la musique originale et la jouer en direct, j’ai fait appel au bassiste et compositeur Dayan Korolic. Nous avons constitué un groupe composé de quatre chanteuses et d’un beatboxer, comme autant de doubles de Penthésilée, afin d’en montrer les différents visages : la jeune amoureuse, la reine qui porte les espoirs de son peuple, la guerrière valeureuse, la « furieuse » en proie à la démesure.

    De quelle manière cette pièce se fait-elle écho à notre monde contemporain ?
    C’est une œuvre sur la liberté. Le peuple des Amazones, dans le texte de Kleist, s’est fondé à la suite d’un « génocide ethnique ». Pour conjurer cette tentative de les anéantir, elles se sont constituées en tribu guerrière dont les hommes sont exclus. À partir de là, Penthésilée va tenter de porter le projet émancipateur des Amazones mais va aussi se heurter à ses limites : son destin tragique raconte comment un groupe, mu par un désir légitime de liberté, peut paradoxalement se retrouver enfermé au sein de ses propres valeurs. Et c’est en effet un sujet actuel : qu’est-ce qui constitue un groupe humain comme « peuple » ? Une civilisation ? Une histoire ? Des valeurs communes ? Kleist, qui écrit Penthésilée au tout début du XIXe siècle, est bien notre contemporain…

    ....