• Un jour, je reviendrai

    texte Jean-Luc Lagarce
    mise en scène Sylvain Maurice

    Vincent Dissez incarne le grand dramaturge Jean-Luc Lagarce dans un monologue à la langue urgente et vitale.

    Un homme renaît à la vie après un coma. Tout en réapprenant les gestes les plus simples à la manière d’un petit enfant, il observe cette situation avec toute sa causticité d’adulte. L’hôpital devient alors la toile de fond dont il se nourrit pour écrire une comédie grinçante. On le retrouve quelque temps plus tard : c’est un auteur et metteur en scène trentenaire, en rémission, parti aux Pays-Bas pour la tournée d’une pièce. Ce voyage, dont il pressent qu’il sera le dernier, est l’occasion de porter un regard sur ses amours passées, mais surtout sur le théâtre qui a structuré sa vie.

    Un jour, je reviendrai est composé de L’Apprentissage et du Voyage à La Haye, deux récits autobiographiques de Jean-Luc Lagarce. Entre émotion et ironie, l’artiste y fait son ultime « tour de scène », comme un chanteur ou un comédien ferait sa tournée d’adieux avant de s’éclipser. Sylvain Maurice retrouve ici Vincent Dissez à la suite de Réparer les vivants (d’après le roman de Maylis de Kerangal). Ensemble, ils célèbrent la créativité d’un des dramaturges les plus importants du xxe siècle dans un autoportrait sans complaisance qui regorge de vie.

    Création | Production
    Théâtre
    Petite salle numérotée | 1h30
    • jeu. 1 oct. 20 : 19h30
    • ven. 2 oct. 20 : 20h30
    • sam. 3 oct. 20 : 17h00
    • mer. 7 oct. 20 : 20h30
    • jeu. 8 oct. 20 : 19h30
    • ven. 9 oct. 20 : 20h30
    • sam. 10 oct. 20 : 17h00
    • mer. 14 oct. 20 : 20h30
    • jeu. 15 oct. 20 : 19h30
    • ven. 16 oct. 20 : 20h30
    • sam. 17 oct. 20 : 17h00
    • mer. 21 oct. 20 : 18h00
    • jeu. 22 oct. 20 : 18h00
    • ven. 23 oct. 20 : 18h00
    Partager
     

    Distribution

     

    avec Vincent Dissez

    assistanat à la mise en scène Béatrice Vincent
    scénographie Sylvain Maurice en collaboration avec André Neri 
    costumes Marie La Rocca
    lumière Rodolphe Martin
    son et régie son Cyrille Lebourgeois
    régie générale André Neri
    régie lumière Sylvain Brunat
    régie plateau Laurent Miché

    production Théâtre de Sartrouville et des Yvelines–CDN
    L’Apprentissage et Le Voyage à La Haye sont publiés aux Solitaires Intempestifs
    photos © Christophe Raynaud de Lage

    ....

     

    La presse

     

    Les acteurs de la trempe de Vincent Dissez ont le pouvoir étrange et « apaisant », aurait dit Jean-Luc, de faire dialoguer les morts entre eux et avec les vivants. Mediapart

    Vincent Dissez est un funambule de haut vol, qui impressionne par la maîtrise et la profondeur de de son jeu. Il est rare d’assister à une leçon de théâtre de cette envergure, où l’interprétation se livre en un dialogue de chaque seconde avec le texte, en une sorte de corps-à-corps qui au creux de l’intime ouvre le sens, étonne et enchante (…) Pour le spectacle inaugural de cette saison particulière, le Théâtre de Sartrouville propose un sommet de l’art théâtral. La Terrasse

    Vincent Dissez excelle dans l’art délicat d’incarner un revenant. Scène Web

    Sylvain Maurice, dont on admire depuis toujours le travail, signe ici une perfection de théâtre qui touchera les adolescents comme leurs aînés. C’est très beau. Le Journal d’Armelle Héliot

    Avec délicatesse et ingéniosité, Un jour, je reviendrai frappe net et juste. L’œil D’Olivier

    Vincent Dissez (…) parvient à trouver l’équilibre improbable entre l’épure de la langue ciselée de Lagarce (à l’apogée sans doute de son œuvre dans le texte de L’Apprentissage) et un humour irrésistible, donnant plus de poids encore à l’indicible. Un Fauteuil pour l’Orchestre

    Un spectacle à l’émotion éminente – distance et retour à soi pour un voyage ultime. Hottello

    Un « Lagarce » réussi que ce spectacle intense et captivant, pour son interprétation et son esthétique superbes et remarquables. À ne surtout pas manquer ! Spectatif

    Dirigé par Sylvain Maurice, Vincent Dissez est plus vrai que vrai. Le Canard enchaîné

    ....