Le Projet

UNE SAISON EN CRÉATION

Cher public

 

Fin 2022, je quitterai la direction du Théâtre de Sartrouville–Centre dramatique national, mon dernier mandat arrivant à son terme, ainsi que le prévoit le cahier des charges de notre établissement. Les souvenirs heureux se pressent, nombreux et fertiles, à l’image de ces dix années… Si je dois n’en retenir qu’un, j’ai la fierté d’avoir placé Odyssées en Yvelines, festival à l’attention de l’enfance et de la jeunesse, au centre de notre projet. Ainsi nous aurons produit et coproduit dans ce cadre trente créations originales, portées par des artistes importants d’aujourd’hui. Et ces créations auront rencontré un très vaste public en différents territoires : la ville de Sartrouville, le département des Yvelines, notre pays tout entier et au-delà grâce à nos tournées nationales et parfois même internationales. La place manque ici pour raconter tout ce que nous avons fait : disons seulement qu’Odyssées a répondu au devoir impérieux de prendre soin de la jeunesse.
« Prendre soin de la jeunesse » : devant les défis immenses qui se dessinent pour l’avenir, nous devons le meilleur aux « jeunes ». Et sans doute le spectacle vivant, art qui privilégie la relation et la rencontre, peut-il contribuer à inventer avec et pour les jeunes ce dont demain sera fait.
Je repars sur de nouveaux chemins, enrichi de toutes les rencontres avec vous, cher public, heureux d’avoir accompagné des artistes aussi importants que singuliers, fier de la formidable équipe du Théâtre qui a œuvré à mes côtés pour tous ces spectacles.
J’adresse tous mes vœux de succès à l’artiste qui va me succéder en janvier 2023 à la direction de notre Centre dramatique national, et vous dis, comme à mon habitude, « à bientôt ».
Cette année, j’ajoute à cet « à bientôt », un « ici ou là », un « ici et là », parce que les nouveaux projets sont déjà en train de voir le jour en de nouveaux lieux, sur de nouvelles routes.

Sylvain Maurice, directeur

 

Les artistes invités

 

 

Baptiste Amann
Après avoir été comédien au théâtre et au cinéma, Baptiste Amann fonde en 2010 « L’outil », collectif au sein duquel il crée ses premiers spectacles. Artiste associé à la Comédie de Reims durant trois ans, il y écrit La Truite (2016) et signe deux pièces pour la sortie des élèves, Les Fondamentaux (2015) et Rapport sur toi (2018). Il crée en 2016 le premier volet d’une trilogie intitulée Des Territoires, qu’il achève en 2019 et présente en 2021, dans son intégralité (­ 7 heures), au Festival in d’Avignon. Pour sa première participation au festival Odyssées en 2022, il a écrit et mis en scène Jamais dormir que l’on retrouvera cette saison.

Claire Diterzi
Après plusieurs albums, avec son trio Dit Terzi ou sous son propre nom, la chanteuse et multi-instrumentiste s’est tour à tour frottée au théâtre, à la danse, à la littérature, à l’écriture de musiques de films ou aux arts visuels. Ses créations se jouent des frontières esthétiques (du rock à l’opéra, de l’électro à la musique contemporaine) et des impératifs catégoriques (Le Salon des Refusées, 120 battements par minute, L’Arbre en poche…). On retrouve cette saison son premier spectacle pour la jeunesse, Puisque c’est comme ça je vais faire un opéra toute seule. créé la saison dernière pour le festival Odyssées.

Les Filles de Simone
Travaillées par des préoccupations féministes et les questions d’égalité femmes/hommes, Claire Fretel, Tiphaine Gentilleau et Chloé Olivères fondent en 2015 la compagnie Les Filles de Simone. Faisant dialoguer sur scène leur vécu intime et la dimension politique de ces réflexions sociétales, elles abordent la maternité dans C’est (un peu) compliqué d’être l’origine du monde (2015), le corps des femmes dans Les Secrets d’un gainage efficace (2018) et la vie affective des collégiens dans La Reproduction des fougères (2020). On retrouvera en mars leur toute nouvelle création Derrière le hublot se cache parfois du linge sur le thème du couple.

Nicolas Laurent
Compagnon de route de Sylvain Maurice à Besançon et assistant sur plusieurs de ses créations (Richard III, Dealin­ with Clair/ Claire en affaires, Métamorphose, La Pluie d’été), Nicolas Laurent écrit et met en scène avec la Compagnie Vraiment Dramatique ses propres spectacles depuis 2007 (Avez-vous mis de l’essence là-bas aussi, Pour une herméneutique du tout, Sisyphe…). Accueilli à Sartrouville en 2015 avec Les Événements récents, en 2019 avec son adaptation du Grand Meaulnes d’Alain-Fournier, ainsi que dans le cadre du festival Odyssées en Yvelines avec son premier spectacle jeune public, Camille, Max et le Bi­ Ban­ Club, il créera cette saison Quelqu’un va venir, de Jon Fosse.

David Lescot
Auteur, metteur en scène et musicien, David Lescot cherche à créer des formes impures où son écriture rencontre la musique, le chant, la danse et toutes sortes de documents authentiques ou poétiques. Parmi ses dernières créations : Ceux qui restent (2014, publié chez Gallimard), Les Glaciers grondants (2015), Portrait de Ludmilla en Nina Simone (2017), Les Ondes magnétiques (2018, Comédie-Française) et deux spectacles jeune public, J’ai trop peur (2015) et J’ai trop d’amis (2020), présentés au Théâtre de la Ville. On retrouvera sa dernière création, Depuis que je suis né présenté la saison dernière dans le cadre du festival Odyssées.

Marion Lévy
Après avoir fait partie de la compagnie Rosas dirigée par Anne Teresa De Keersmaeker, la danseuse et chorégraphe Marion Lévy fonde en 1997 la compagnie Didascalie. Suivront une douzaine de créations, parmi lesquelles En somme ! (2009) au Théâtre national de Chaillot, Dans le ventre du loup et Une histoire de soldat pour le Théâtre de Matsumoto au Japon (2012), ou encore Training et Ma Mère L’Oye (2019). Parallèlement elle chorégraphie et collabore pour le théâtre et le cinéma avec Pascal Rambert, James Thierrée, Yasmina Reza ou Noémie Lvovsky. Pour le festival Odyssées, elle a créé en 2022 Et si tu danses qui sera repris cette saison.

Mathieu Touzé
Avocat de formation, Mathieu Touzé étudie le théâtre au Conservatoire régional de Poitiers, puis à l’École départementale de théâtre de l’Essonne. Il travaille, entre autres, avec Jean-Pierre Berthomier, Agnès Delume, Anne Théron, Jacques David, Anne Monfort… et crée ses premières mises en scène. En 2012, il fonde le collectif Rêve Concret, au sein duquel il crée Autour de ma pierre il ne fera pas nuit (2014), Un g­arçon d’Italie, d’après Philippe Besson (2016) et LAC, de Pascal Rambert (2019). Co-directeur du Théâtre 14 à Paris depuis 2020, il adapte en 2021 deux textes d’Olivia Rosenthal : Une absence de silence et On n’est pas là pour disparaître, un puissant solo interprété par Yuming Hey que l’on découvrira en mars.

L’Ensemble TM+
Cet ensemble orchestral, dirigé par le compositeur et chef d’orchestre Laurent Cuniot, s’attache à créer le lien le plus direct entre les compositeurs d’aujourd’hui, des interprètes virtuoses et les publics. La collaboration entre le Théâtre de Sartrouville et l’Ensemble TM+ a déjà donné naissance à deux spectacles : La Vallée de l’étonnement (créé en 2021) et L’Enfant inouï (créé en 2019), une fable fantastique sur les pouvoirs de l’imaginaire. Reporté en raison de la crise sanitaire, L’Enfant inouï sera enfin présenté en décembre. Mis en scène par Sylvain Maurice, sur une musique originale de Laurent Cuniot, c’est un spectacle idéal pour emmener les enfants, dès 8 ans, vers le plaisir de l’opéra.

Jazz partage avec Colore
Nos soirées musicales concoctées en partenariat avec Laurent Carrier, directeur artistique de Colore, se poursuivent pour une cinquième saison. Le premier rendez-vous nous conduira sur les traces d’un jazz créole en plein renouveau, avec le jeune groupe Abraham Reunion, puis le trio du pianiste Grégory Privat. La seconde soirée réunira un plateau d’artistes flamboyant : l’organiste Emmanuel Bex et son trio, la chanteuse américaine Natalia M. King et le chanteur tchadien Abdoulaye Nderguet. Ensemble, ils n’auront qu’un seul but : faire surgir l’âme du blues. Plateaux partagés, sets envoûtants et moments d’échanges avec le public : ces deux concerts exceptionnels sont une nouvelle invitation à voyager à travers les métissages du jazz.

Le festival Impatience
Pour la deuxième saison, le Théâtre de Sartrouville sera partenaire du festival Impatience qui met en lumière la jeune création théâtrale contemporaine. Après avoir présenté en 2021 Loss, de Noëmie Ksicova et Là où je croyais être il n’y avait personne, d’Anaïs Muller et Bertrand Poncet (lauréat du prix du Jury), nos plateaux accueilleront en décembre deux spectacles, parmi les dix sélectionnés pour l’édition 2022 du festival. À noter que le spectacle de Lisa Guez, Les Femmes de Barbe-Bleue que l’on pourra voir en mars, a reçu le prix du Jury et le prix des Lycéens lors de l’édition 2019.