• J’aurais mieux fait d’utiliser une hache

    de et avec Thomas Cabel, Julia de Reyke, Solenn Louër, Anthony Lozano, Coline Pilet

    Une joyeuse introspection sur nos fascinations collectives pour les crimes, ces histoires vraies qui tissent nos mythologies communes et nous obsèdent autant qu’elles nous glacent.

    Le 29 mars 1980 aux États-Unis, William Kemmler est condamné à mort pour avoir tué sa femme à coups de hache. Il sera le premier homme sur la chaise électrique, électrocuté à plusieurs reprises dans d’atroces souffrances, sous le regard impuissant de ses bourreaux incapables de dompter ce nouveau mode opératoire. La presse écrira : ils auraient mieux fait d’utiliser une hache !
    Dans cette création collective et décalée, avec peu de moyens, beaucoup d’inventivité et un art incomparable pour les bruitages, les interprètes du collectif Mind The Gap bousculent les codes du Grand-Guignol. J’aurais mieux fait d’utiliser une hache est un spectacle dans lequel deux histoires se répondent. Une jeune femme, seule dans sa cuisine, revit en boucle son pire cauchemar. Une bande de scouts chantent à tue-tête dans la forêt… jusqu’au drame.
    À partir d’un référentiel cinématographique et de dizaines de litres de faux sang, Mind The Gap met en place un redoutable jeu de massacre. Flirtant avec un théâtre de genre, ielles mettent à nu la machine théâtrale, jouant à faire grincer les rouages de la représentation jusqu’à ce qu’elle apparaisse comme une véritable manufacture du meurtre.

    Théâtre
    Grande salle numérotée | 1h05 | Festival IMPATIENCE
    Partager
     

    Distribution

     

    de et avec Thomas Cabel, Julia de Reyke, Solenn Louër, Anthony Lozano et Coline Pilet
    dramaturgie Léa Tarral
    création sonore et régie son Estelle Lembert
    lumières Quentin Maudet
    régie lumière Théo Tisseuil
    scénographie et costumes Clémence Delille
    administration et production Margot Guillerm

    production Mind the Gap / coproductions Équinoxe – Scène nationale de Châteauroux / Théâtre de Vanves – Scène conventionnée d’intérêt national « Arts et création » pour la danse et les écritures contemporaines à travers les arts / L’Échalier – Atelier de Fabrique Artistique, St-Agil (41) / Théâtre de la Tête Noire – Scène conventionnée d’intérêt national Art et Création – Écritures contemporaines
    accueil plateau / soutiens à la résidence : Théâtre de Vanves – Scène conventionnée d’intérêt national « Art et création »pour la danse et les écritures contemporaines à travers les arts, L’Échalier – Atelier de Fabrique Artistique, St-Agil (41), Théâtre de la Tête Noire – Scène conventionnée d’intérêt national Art et Création – Écritures contemporaines, 108 Maison Bourgogne, Centre Chorégraphique National d’Orléans, Espace Culturel de Saint Jean de Braye, Le VPK au Volapük, La Pratique, AFA de l’Indre, Résidanses pluridisciplinaires, Antre Peaux dans la cadre du soutien à la résidence, Le Bouillon – Théâtre universitaire Orléans, Maquette présentée lors du festival Fragments (La Loge) au Théâtre de L’Étoile du Nord / ce projet a reçu le soutien de la DRAC Centre Val de Loire (aide à la résidence et aide à la création), la Ville d’Orléans, la Région Centre Val de Loire, la SPEDIDAM et la participation artistique du Jeune théâtre national. / cette structure a reçu une aide de l’État – ministère de la Culture – au titre du Plan de relance, pour le soutien à l’emploi artistique culturel.
    photos © Collectif Mind The Gap / Stéphane Gaillochon

    ....